Les amis plus lointains


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.

Blog Archive

About Me

melanie
Châteaubriant, Pays de la Mée (Bretagne), France
Afficher mon profil complet
vendredi 22 janvier 2010
A votre santé !
Buvez de l'eau !


L'arrosoir pleut
l'arrosoir pleure
il a du chagrin pour les fleurs
l'arrosoir pleut
l'arrosoir pleure
il donne tout le fond de son coeur
jeudi 21 janvier 2010

Il dissipe le jour,
Il montre aux hommes les images déliées de l'apparence,
Il enlève aux hommes la possibilité de se distraire,
Il est dur comme la pierre,
La pierre informe,
La pierre du mouvement et de la vue,
Et son éclat est tel que toutes les armures, tous les masques en sont faussés
Ce que la main a pris dédaigne même de prendre la forme de la main,
Ce qui a été compris n'existe plus,
L'oiseau s'est confondu avec le vent,
Le ciel avec sa vérité,
L'homme avec sa réalité.

Poème de Paul Eluard - Le miroir d'un moment
in Capitale de la Douleur - 1926

Miroir vu dans le foyer Ehretia, à Châteaubriant
ainsi que ce porte-manteau original.

mercredi 20 janvier 2010
La première est prise à Moisdon, la seconde sur la route de Treffieux à Issé (en très mauvais état !)

Je sais une église, au fond d'un hameau (...)
Et souvent, lassée, quand tombe la nuit
J'y viens à pas lents bien loin de tout bruit
Faire une prière ...

Un calme imposant y saisit tout l'être
Avec le printemps un parfum pénètre
Muguet et jasmin

mardi 19 janvier 2010

Il y avait à Châteaubriant
un petit chemin sauvage,
herbeux et bordé de fossés.
Les arbres et les arbustes, avec le temps,
y avaient tressé une voûte gothique.

Que croyez-vous qu’il arriva ?
Des engins élaguèrent la végétation
à grands coups de lamier;
les fossés furent comblés ;
un ruban de goudron fut posé et,
pour que la nature ne reprenne pas ses droits,
une large bande de gros graviers longe latéralement le goudron.

On dit que ce chemin, au XIIIe siècle,
fut emprunté par le page venu annoncer à Dame Sibylle,
la venue de Geoffroy V, seigneur de Châteaubriant, de retour des Croisades.
Dame Sibylle mourut d’émotion dans les bras de son époux.

Le page n’est plus et le chemin a perdu tout son cachet. Vive le goudron !
lundi 18 janvier 2010

Tout se tait, tout est mort ! L'arbre, veuf de chansons,
Etend ses rameaux nus sous les mornes saisons;
Quelque craquement sourd s'entend par intervalle;
Debout, il se dévore, il se ride, il attend ...

(Poème de Sainte Beuve)

Ce vieil arbre attend le printemps
Déjà il saute le mur qui le tient enfermé.

Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.