Les amis plus lointains


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.

Blog Archive

About Me

melanie
Châteaubriant, Pays de la Mée (Bretagne), France
Afficher mon profil complet
vendredi 29 janvier 2010

Je vous abandonne ... quelques temps
Car le temps me manque
et quelques pannes informatiques
m'occupent de façon ... dramatique !
(Pas de quoi en faire un drame quand même
J'ai juste besoin de quelques jours)
A revederci, ami(e)s



"Même en courant
Plus vite que le vent
Plus vite que le temps

Même en volant
Je n'aurai pas le temps
Pas le temps
"

(paroles de Michel Fugain)
jeudi 28 janvier 2010
Ce n'est pas souvent que je vous offre un ciel.
Mais il fait froid et la voûte céleste est si belle



Le ciel est, par-dessus le toit,
Si bleu, si calme!
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu'on voit,
Doucement tinte.
U n oiseau sur l'arbre qu'on voit,
Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
vient de la ville.

Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?


(Poème de Paul Verlaine, lors de ses deux ans de prison)
Pour des explications, lire ici :
http://verlaineexplique.free.fr/sagesse/leciel.html
mercredi 27 janvier 2010

Mais tout ce qui brille n'est pas or.
Ici ce sont des copeaux de bronze
photographiés dans l'entreprise Cocaud à Louisfert


Prenez un mot, prenez en deux
Faites-les cuir' comme des oeufs
Prenez un petit bout de sens
Puis un grand morceau d'innocence
Faites chauffer à petit feu
Au petit feu de la technique
Versez la sauce énigmatique
Saupoudrez de quelques étoiles
Poivrez
... Et puis mettez les voiles


(Poème de Raymond Queneau)
mardi 26 janvier 2010

Vos mains me charment ou m'indiffèrent
Elles remplacent tous les écriteaux
Tantôt altières, tantôt austères.
Elles parlent de vous mieux que des mots.

Il en existe de toutes sortes
Main de velours ou poigne de fer.
Et les histoires qu'elles me colportent
Abritent en elles bien des mystères

Et quand vos mains me font rêver
Qu'elles sont capables de m'émouvoir
Je leur invente des secrets
Mais c'est l'affaire d'une autre histoire

(Poème de Ladyazrielle)
(Photo prise le 25 janv dans l'entreprise Cocaud à Louisfert)
sarl.cocaud@wanadoo.fr
lundi 25 janvier 2010

Une photo, une affiche plutôt, qui n'est pas de moi.
Invitation au spectacle 'A m'Aime la Terre"
29-30 janvier à Châteaubriant. - 02 40 81 19 99

Deux femmes journalistes.
L’une dans la maturité de son métier est enceinte
et parle parfois avec son enfant à naître en terre palestinienne.

L’autre, plus jeune, danse les mots de l’exil
et témoigne du drame tchétchène.

Les paroles de ces femmes se rencontrent par delà les frontières, et le dialogue permet alors le rapprochement universel des luttes.



A m’Aime la terre

La journaliste : Tes paroles sont fraîches, elles désaltèrent. J’avais la gorge tellement brûlante ! Faradj m’a dit : « On ne peut supporter et oublier les souffrances du passé, que si l’on a l’espoir de construire un avenir. » Dis-moi où est la solution ?
(…)

La jeune fille : "Il s'agit de comprendre ce qui nous est arrivé."... Ce sont les mots du vieux Tchékov. Nous et nos peuples ! Car c'est de nous qu'il s'agit. De la sauvagerie qui a envahi nos coeurs ! Et l'histoire qui sans cesse recommence !
(…)

La jeune fille : Il y a la terre, toute cette terre à aimer. Continuer pour celles et ceux qui n'ont pas droit à la parole, créer un journal, écrire, écrire encore... et que personne ne puisse dire un jour qu'il ne savait pas.
(…)
La jeune fille : Sans trêve, sans répit, dans la solitude, écrire toujours. Qu'est-ce qui me pousse à être toujours sur le champ de bataille, à me battre seule contre une armée entière, contre l'arbitraire, avec comme seule arme une poignée de mots, munitions dérisoires d'un dictionnaire.


(Extraits du spectacle écrit par Alexis Chevalier et le théâtre Messidor) (Photo Loïc Mony, affiche Stéphane Phelippot)

Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.