Les amis plus lointains


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.

Blog Archive

About Me

melanie
Châteaubriant, Pays de la Mée (Bretagne), France
Afficher mon profil complet
dimanche 4 avril 2010

Il est trois heures du matin. L'info que je viens d'apprendre est trop grave pour que je reste au lit : un gendarme a été suspendu cette semaine pour avoir écrit un poème en soutien à son collègue Matelly, radié pour avoir critiqué le rapprochement police-gendarmerie au sein du ministère de l'Intérieur..

L'adjudant A., sous cette signature, a écrit fin mars un poème intitulé "Il pleut sur nos képis" publié par l'Association de défense des droits des militaires (Adefdromil). Recherché, retrouvé, il fait l'objet d'une enquête "de commandement" pour son "écrit outrageant". Un "dossier disciplinaire est en cours d'instruction" à son encontre et une "suspension administrative" est envisagée.

Vous trouverez ici l'adresse de l'Adefdomil, avec le texte du poème. S'il était effacé, vous le trouverez ici, avec, à la suite, copie d'une vidéo publiée sur Youtube.

"Il faisait beau, le jour où j’ai signé !
Je me souviens comme j’étais fier de m’engager,
D’être formé à ce métier par mes aînés…

Du bon droit je voulais être le soldat,
Dans le respect des traditions et des hommes.
Du citoyen, à tout faire je serai l’homme !

De ma personne alors, j’ai donné sans compter...."

6 commentaires:

Brigitte a dit…

Bonjour, J'ai moi aussi été choquée, je te remercie de ce post auquel j'adhère.

Marguerite-marie a dit…

moi, dont le père était dans la gendarmerie, j'ai été outrée du sort réservé à ce gendarme pour avoir dit ce que tous , ou presque, ses collègues pensent tout bas.
je lui récitais un hommage que j'avais trouvé
" Il est simple et pourtant légendaire
l'humble soldat de la sécurité
Du bien public vigilant factionnaire
Lui du devoir le vivant chevalier"..

claude a dit…

On s'aperçoit qu'on ne peut plus rien faire et surtout rien dire dans ce pays, qu'à ce taire et éventuellement penser comme le l'Empereur, sinon gare à nous.
J'ai le sentiment qu'on est en pleine dictarure, non !
Pour le poulet, moi je fais dorer mes morceaux mais la recette de ma maman dit qu'on met les morceaux sans les brunir. Effectiveent cela enlève le croquant de la peau mais c'est rudement bon quand même.

Chipie a dit…

ça dérive, ça dérive actuellement... attention..

kirnette a dit…

Quand toute une partie du monde politique confond unanimité et totalitarisme, sa majesté fait élever son siège pour paraître plus grand et pour que ses fidèles sujets aient à se prosterner de plus en plus en bas...
Et paieront tous ceux qui osent relever la tête... élever la voix !

Soyons nombreux à hurler, crier notre indignation, nous, le peuple nous nous devons de crier plus fort et reprendre la parole perdue !

ALAIN a dit…

Sur le fonds, je suis d'accord ... mais sur le qualificatif de "poéte" j'emets des doutes.


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.