Les amis plus lointains


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.

Blog Archive

About Me

melanie
Châteaubriant, Pays de la Mée (Bretagne), France
Afficher mon profil complet
lundi 21 décembre 2009

(préparer les provisions de l'hiver)

Je n'étais alors qu'une fillette de huit ans
Chez ma Mémé me réfugiais de temps en temps.
Dès la soupe avalée, laissant dehors le vent hurlant
Nous nous retrouvions devant l'âtre flamboyant.
En ce temps, ni télé ni fausses vérités
Ni célébrités staracadémisées.
Juste quelques mots simples et vrais
Et la chaleur qui nous engourdissait.
Sur mes genoux, ronronnait le mignon chaton.
Inlassablement, Mémé brodait son napperon
Grand'père égrappait le maïs, triait des noix
Se taisait, puis soudain pensait à haute voix.

Le tic tac incessant de l'horloge était parfois troublé
Par le bruit lourd de la bûche s'effondrant dans le brasier,
Tandis qu'une autre dont le bois était bien vert
Semblait pleurer la forêt et gémir de colère.
Mes joues luisaient, rouges et rebondies
Je me sentais petit oiseau dans son nid.

(poème de Alinette - http://alinouchette.canalblog.com/)

4 commentaires:

Chipie a dit…

C'est vraiment superbe tout cela...

Emiliane a dit…

Quel joli poème, je me voyais devant cette cheminée à griller du pain .. Les santons sont criants de vérité.

Bergson a dit…

superbe peme et tes santons sont admirables

claude a dit…

Je dis comme Chipie.
C'est tout comme pareil à la maison ou presque. J'ai toujours un crochet à la main, mon Chéri fume son cigar devant la cheminée pour ne pas m'incomooder, pas de chaton sur nos genoux, mais y a la télé. Ben oui !
Mais cela ne nous empêche pas d'entrendre les bûches de merisier tomber dans le brasier.


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.