Les amis plus lointains


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.

Blog Archive

About Me

melanie
Châteaubriant, Pays de la Mée (Bretagne), France
Afficher mon profil complet
mardi 24 novembre 2009

Dans ma maison vous viendrez
D'ailleurs ce n'est pas ma maison
Je ne sais pas à qui elle est
Je suis entré comme ça un jour
Il n'y avait personne
Seulement des piments rouges accrochés au mur blanc
Je suis resté longtemps dans cette maison
Personne n'est venu
Mais tous les jours et tous les jours
Je vous ai attendus

Je ne faisais rien
C'est à dire rien de sérieux
Quelquefois le matin
Je poussais des cris d'animaux
Je gueulais comme un âne
De toutes mes forces
Et cela me faisait plaisir
Et puis je jouais avec mes pieds
C'est très intelligent les pieds
Ils vous emmènent très loin
Quand vous voulez aller très loin
Et puis quand vous ne voulez pas sortir
Ils restent là ils vous tiennent compagnie

Et quand il y a de la musique ils dansent
On ne peut pas danser sans eux
Faut être bête comme l'homme l'est si souvent
Pour dire des choses aussi bêtes
Que bête comme ses pieds gai comme un pinson
Le pinson n'est pas gai
Il est seulement gai quand il est gai
Et triste quand il est triste ou ni gai ni triste
Est-ce qu'on sait ce que c'est un pinson
D'ailleurs il ne s'appelle pas réellement comme ça
C'est l'homme qui a appelé cet oiseau comme ça
Pinson pinson pinson pinson

Comme c'est curieux les noms
Martin Hugo Victor de son prénom
Bonaparte Napoléon de son prénom
Pourquoi comme ça et pas comme ça
Un troupeau de bonapartes passe dans le désert
L'empereur s'appelle Dromadaire
Il a un cheval caisse et des tiroirs de course
Au loin galope un homme qui n'a que trois prénoms
Il s'appelle Tim-Tam-Tom et n'a pas de grand nom
Un peu plus loin encore il y a n'importe qui
Beaucoup plus loin encore il y a n'importe quoi
Et puis qu'est-ce que ça peut faire tout ça

(Poème de Jacques Prévert)

Je dédie ce poème à tous ceux qui ne savent pas
à quel point la poésie peut accompagner nos vies ...

(maison perdue dans la campgne de Moisdon)

6 commentaires:

Chipie a dit…

Elle est bien jolie cette maison, elle n'est pas bleue, mais je pense à la chanson de Maxime Leforestier"c'est une maison bleue, accrochée à la colline la la la"...

ALAIN a dit…

Un peu tristounette, mais très jolie...a habiter de préférence par beau temps.

Emiliane a dit…

Belle petite maison .. joli poème de Prévert chanté par Yves Montand .. du soleil je veux bien t'en envoyer, mais j'en garderai un peu pour moi aussi !!!

Marguerite-marie a dit…

LES VIEILLES MAISONS.

Je n’aime pas les maisons neuves :
Leur visage est indifférent;
Les anciennes ont l’air de veuves
Qui se souviennent en pleurant.
Les lézardes de leur vieux plâtre
Semblent les rides d’un vieillard ;
Leurs vitres au reflet verdâtre
Ont comme un triste et bon regard
J’aime les âtres noirs de suie,
D’où l’on entend bruire en l’air
Les hirondelles ou la pluie
Avec le printemps ou l’hiver;
Les escaliers que le pied monte
Sur les degrés larges et bas
Dont il connaît si bien le compte,
Les ayant creusés de ses pas;
Le toit dont fléchissent les pentes,
Le grenier aux ais vermoulus,
Qui fait rêver sous les charpentes
A des forêts qui ne sont plus.

Sully - Prudhomme (Les Solitudes).

je me suis rappelé cette poésie que j'ai apprise à l'école primaire.
J'aime tout ta photo qui est un vrai tableau et le poème qui va avec.un vrai bonheur ce matin quand j'ai visité ton blog.

Bergson a dit…

cette maison est près d'une cascade ?

Miss_Yves a dit…

« Une vieille masure.

Elle était là, depuis des siècles, un vieux refuge pour une vieille femme usée…Point de terre attenante. Rien qu’un petit verger derrière la maison, quelques pommiers, et devant, une cour où grattaient les poules. Des deux côtés de la haute porte dont le battant supérieur restait toujours ouvert et sous l’unique fenêtre à petits carreaux, des tournesols, l’été, ouvraient leur cœur jaune et noir aux abeilles et au soleil. Quelle paix ! »
Jean Guéhenno


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.