Les amis plus lointains


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.

Blog Archive

About Me

melanie
Châteaubriant, Pays de la Mée (Bretagne), France
Afficher mon profil complet
mercredi 24 novembre 2010
Sont encore visibles nombre des lavoirs publics ou privés qui fonctionnaient sur les cours d'eau arrosant la ville. Partout les mêmes dallages de schiste pour y battre le linge. Certains à ciel ouvert; d'autres dans des potagers, sous des appentis qui s'écroulent; d'autres encastrés dans les maçonneries de soutènement de jardins, ou des fondations de maisons.

Des aménagements urbains exposent tout à coup aux regards tel d'entre eux, jusque là demeuré confidentiel.

Viendra le temps des destructions concertées après celui de l'abandon et des lentes déchéances. C'en sera une bonne fois fini de tout vestige matériel de cet autre temps qu'il faut se garder de trop regretter : il devait être dur dans son pittoresque. Brouettes et caquets qui roulent; rudes laveuses aux reins cassés, aux genoux cadenassés dans les carrosses; linge sale de l'existence battu avec cette rage froide, mais résignée, des humbles.

(merci à Alain Borgone pour ces texte et photos)

5 commentaires:

Chipie a dit…

Très joli témoignage...

ALAIN a dit…

Comme disait Hemingway, en lavoir ou pas...

claude a dit…

Moi, j'aime beaucoup tous ces lavoirs anciens, témoignages d'un temps passé et révolu, mais c'est tout de même plus beau à regarder qu'une machine à laver le linge.

Brigitte a dit…

On ne se préoccupait pas d'hygiène et de non prolifération des microbes à cette époque là ... on partageait allégrement sa crasse... Il nous reste de bien belles pierres.

Bergson a dit…

dans quelques décennies, ils vont revenir à lz mode.

mais saura t on relaver à la main ou y aura t il encore de l'eau


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.