Les amis plus lointains


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.

Blog Archive

About Me

melanie
Châteaubriant, Pays de la Mée (Bretagne), France
Afficher mon profil complet
mercredi 10 mars 2010

Oh ! Cœurs qui dormez, rêvez-vous ?
Voici que dans la nature
Viennent à passer des frissons.
Peu à peu s'en vont la froidure,
La neige pâle et les glaçons.

Écartant son voile superbe,
La terre apparaît et sourit ;
Des rubans d'eau courent dans l'herbe
Qui, sous leurs baisers, reverdit.

Et, là-bas, voilà que s'éveille
La voix profonde des forêts (..)
La vie, en tout, fleurit et chante
Et l'air est infiniment doux.
Il se lève une aube charmante.

(texte de Madeleine Morize, 1917)

6 commentaires:

Chipie a dit…

Cet arbre est délicatement "coiffé"...

Brigitte a dit…

Et le printemps s'annonce ! ce poème classique est .... doux ! je n'ai pas trouvé d'autre mot pour dire l'effet qu'il m'a fait en opposition avec le froid que m'inspire la photo

ALAIN a dit…

En cette saison, on ne peut pas dire que l'arbre cache la forêt, il ne cache même pas le ciel.

Marguerite-marie a dit…

je les trouve très beaux tous ces arbres dépouillés qui tendent leurs bras vers le ciel en prenant des formes dignes quelquefois de danseurs modernes

claude a dit…

Une jolie dentelle noire sur fond bleu.
Oui, il fait froid et cette froidure dure, mais que vois je au travers de ma fenêtre ? Un rayon de soleil. Vivement le printemps !

Jacob a dit…

A lovely study of lines and angles against that gorgeous bleu sky!


Traductions. Cliquez sur le drapeau. Click on the flag.